Non classé

Compagnie artistique

La Compagnie de la Lyre est une compagnie artistique créée par Marie-Amélie Tek. Elle a pour vocation la création de spectacles et de mises en scènes artistiques dans tous les lieux façonnées de la main de l’homme ou de la nature. Ces productions convoquent tous les domaines artistiques ; musique, théâtre, danse, arts scéniques, graphiques et visuels, littérature, pour mettre au jour des formes nouvelles et des moments de poésie retentissants. Le but de ces œuvres vivantes protéiformes est de révéler la beauté du Monde. En effet, la Compagnie de la Lyre s’est donné pour mission d’inviter tous les humbles voyageurs que nous sommes, à ressentir sous leurs pas, dans leurs yeux et par leur cœur, la vibration de la lyre universelle qu’on appelle aussi la mélodie du monde. Pour chaque lieu, la compagnie élabore un programme unique, un chant, qui résonne avec une histoire et un site. Ainsi, les formes, les voix et les expériences s’adaptent, s’unissent et enfin se confondent pour entrer en résonnance avec le genius loci, un édifice, un paysage, une légende et surtout un espace existentiel.

Le nom de la Compagnie de la Lyre trouve son origine dans l’histoire de la lyre magique d’Orphée. L’instrument fut placé dans le ciel par Zeus, à la demande des Muses, après la mort du héros poète et musicien. Ainsi naquit la constellation de la Lyre qui rend désormais hommage, par sa brillante lumière, à la poésie et au chant. Elle est dominée par Véga, une parmi les étoiles les plus scintillantes et mystérieuses du ciel.

 
www.compagniedelalyre.com

 
[…] « Orphée à son tour, levant sa cithare de la main gauche, entreprit de chanter. Il chantait comment la terre, le ciel, et la mer autrefois confondus en une forme unique, à la suite d’une fatale discorde furent chacun de l’autre séparés ; comment dans l’éther un emplacement fixé à jamais fut assigné aux astres et aux chemins de la lune et du soleil ; comment se soulevèrent les montagnes et comment naquirent les fleuves sonores avec leurs nymphes, et tous les animaux. Il chantait aussi comment à l’origine Ophion et Eurynomè l’Océanide gouvernaient l’Olympe neigeux, et comment sous la violence de leurs bras l’un à Kronos, l’autre à Rhéa cédèrent leur apanage et tombèrent dans les flots d’Océan ; les vainqueurs alors régnèrent sur les Titans, dieux bienheureux, tandis que Zeus encore adolescent et aux pensées encore enfantines, habitait l’antre du Dicté. Les Cyclopes nés de la terre n’avaient pas encore affermi sa puissance par la foudre, le tonnerre et l’éclair ; car ces choses à Zeus confèrent la force. »

Les Argonautiques, Apollonios de Rhodes, chant I.
 
 
« Orphée jouant de la lyre et chantant à tue-tête la louange des dieux, parvint à noyer la voix des sirènes, et évita le danger. »

Les Argonautiques, Apollonios de Rhodes, chant IV.